Working for birds in Africa

The Kori Bustard Ardeotis kori on the Liben Plain, Ethiopia

186-192

L’Outarde kori Ardeotis kori dans la plaine de Liben, Éthiopie. La plaine de Liben, d’une étendue de 35 km2 au sud de l’Éthiopie, abrite une population d’Outardes kori Ardeotis kori pendant les saisons des pluies (mars–juin et octobre–novembre) et peut-être toute l’année. Les oiseaux sont peu farouches (peutêtre parce qu’ils ne sont pas persecutés), ont le plumage souillé de rouge (du sol dans lequel ils prennent un bain de poussière) et atteignent des densités relativement importantes (150 individus étaient probablement présents en mai 2009). Les pluies déclenchent la nidification des autres espèces d’oiseaux de la plaine de Liben, mais ce n’est qu’en juin 2018 qu’on a fréquemment observé les outardes en train de parader. Pour parader les mâles semblent préférer les parties surpâturées à herbes courtes de la prairie, mais les invertébrés dont ils se nourrissent sont rares dans cet habitat. Il est probable que la conversion continue de la plaine en cultures en diminuera sa valeur pour les outardes, et une petite ligne électrique a déjà causé la mort de quelques individus. L’étude de cette population pourrait améliorer notre capacité à protéger l’espèce dans la plaine de Liben et peut-être ailleurs.

Summary. The 35 km2 Liben Plain in southern Ethiopia hosts a population of Kori Bustards Ardeotis kori during the rainy seasons (March–June and October–November) and possibly throughout the year. The birds exhibit three characteristics—tameness (perhaps because they are not persecuted), reddish-stained plumage (from the soil in which they dust-bathe) and relatively high densities (150 probably present in May 2009). Although rains trigger breeding in other Liben Plain birds, it was only in June 2018 that Koris were frequently seen displaying. Males appear to prefer short, overgrazed grassland for display purposes, but invertebrate food in this habitat is always sparse. The continuing conversion of the plain to crops is likely to diminish its value to the Koris, and the one existing small powerline has already killed some individuals. Study of this population would improve our ability to conserve the species on the plain and perhaps elsewhere.

Copyright © African Bird Club. All rights reserved.
UK registered charity 1184309

Southmedia

Web site designed and built by