Working for birds in Africa

St Helena Wirebird: the forgotten plover

p 95-99

Le Pluvier de Sainte-Hélène Charadrius sanctaehelenae est la seule espèce terrestre endémique de Sainte-Hélène (Atlantique sud) qui survit à ce jour. La plupart des espèces disparues avaient totalement ou quasi-totalement perdu la faculté de voler, un trait qui n'est pas partagé par le Pluvier de Sainte-Hélène, ce qui a probablement contribué à sa survie face aux prédateurs introduits. Son écologie et son comportement étaient peu connus avant les années 1980. L'espèce fréquente les pâturages et les abords du semi-désert dans le nord et l'ouest de l'île, et pourrait avoir bénéficié de la déforestation qui accompagna la colonisation de Sainte-Hélène par l'homme, quoique son aire de répartition se soit probablement retrécie pendant la période de la culture de lin, de 1907 à 1966. L'espèce atteint sa plus grande densité dans des herbages de moyenne altitude (300-500 m); la densité est influencée par la présence de certaines proies invertébrées et la topographie, ainsi que par la pluviométrie et la structure de la végétation. L'oiseau affectionne les zones d'herbes basses (moins de 10 cm de hauteur) et sur pentes faibles. La période de nidification s'étend sur toute l'année, avec toutefois une pointe en octobre-février. Les deux oeufs sont couvés par les deux sexes pendant environ 28 jours. Les jeunes peuvent voler à l'âge d'environ 5 semaines et s'assemblent en groupes lâches comptant jusqu'à 15 individus. Malgré la crainte que la population, qui comptait 450 individus au recensement de 1989, ait chuté de 20-30% depuis, à cause de la dégradation de l'habitat et la prédation, il n'est pas prouvé de façon certaine qu'un de ces facteurs ait augmenté significativement. Ainsi, la poursuite des recherches en la matière s'avère indispensable.

Copyright © African Bird Club. All rights reserved.
UK registered charity 1053920

Southmedia

Web site designed and built by