Working for birds in Africa

Survey of a recently discovered subpopulation of the Critically Endangered Taita Apalis in the Taita Hills, Kenya

p 26-35

 

Inventaire d’une sous-population de l’Apalis des Teitas Apalis fuscigularis récemment découverte dans les Taita Hills, Kenya. En octobre 2011, les auteurs ont découvert une sous-population préalablement inconnue de l’Apalis des Teitas Apalis fuscigularis – espèce classée comme « Gravement menacée d’extinction » – à Msidunyi, Taita Hills, Kenya du sud (03°24’15”S 38°18’00”E). Son statut a été évalué en six périodes de travail sur le terrain (octobre 2011–mars 2014). Le site comptait sept territoires, situés dans un cordon de fourrés indigènes (45–50 ha) entourant un lambeau de forêt indigène (7,1 ha). Ainsi, Msidunyi pourrait contenir jusqu’à 15% de la population mondiale de A. fuscigularis. Les données collectées indiquent que l’espèce est nicheuse et que les territoires se trouvent principalement dans la bande de fourrés indigènes, plutôt que dans la forêt. Les plantations d’arbres exotiques sont fortement évitées, ce qui semble indiquer que la population locale de l’Apalis des Teitas augmenterait si ces plantations étaient supprimées. La capture d’individus a révélé que le sexe et l’âge peuvent être déterminés en se basant sur la couleur de l’iris et les caractéristiques du plumage. L’impact humain sur le site s’accroît, notamment par l’abattage sélectif des arbres indigènes et l’expansion de l’agriculture. Il apparaît donc que Msidunyi est un site clé, mais très menacé, pour l’Apalis des Teitas. Les interventions de gestion devraient se concentrer sur la suppression des plantations d’arbres exotiques afin d’accroître l’étendue de l’habitat favorable à l’espèce.

 

Summary. In October 2011, we discovered a new subpopulation of the Critically Endangered Taita Apalis Apalis fuscigularis, in Msidunyi, Taita Hills, Kenya (03°24’15”S 38°18’00”E). We assessed its status during six field work periods (October 2011–March 2014). The site supported seven territories in a belt of indigenous thicket (45–50 ha) surrounding a patch of indigenous forest (7.1 ha). Msidunyi might therefore hold up to 15% of the global population of A. fuscigularis. Our data suggest that breeding occurs in the area and that territories are mainly located in the indigenous thicket belt, rather than in the forest. Plantations of exotic trees are strongly avoided, suggesting that removal of these plantations would probably result in an increase in the Taita Apalis population at the site. Based on mist-netting data, sex and age can be identified using iris colour and plumage features. We provide evidence of increasing human impact, namely selective logging of indigenous trees and agricultural expansion. Our results suggest that the site is a key, but highly threatened, stronghold for Taita Apalis. Management interventions should focus on removing exotic tree plantations to expand the area of suitable habitat for the species.
 

Copyright © African Bird Club. All rights reserved.
UK registered charity 1053920

Southmedia

Web site designed and built by